# 213 juin 2019

Si vous n’y êtes pas allés, il est encore temps de vous rendre au château de Maisons Laffitte pour y profiter de l’installation « Fastes Ephémères » de Régis Crozat. Jusqu’au 2 septembre, parc et salles du château.


La fatalité de la modernité
Heureusement l’IA va nous sortir de là…


Vous mourrez moins bêtes
Mais…

LE COCON SEMANTIQUE
Extrait d’un article édifiant sur la difficulté de communiquer ou de l’habileté de se garder un business (peut être inutile ?) bien à soi.
Après avoir lu cet article, ce nouvel ectoplasme du wording contemporain n’aura plus de secret pour vous… Euh
« … combien de liens précisément et/ou combien de PBN me faut-il pour être premier ?
Je ne parle que pour les cocons calculés avec les metamots.
Les metamots ont été élaborés spécifiquement pour du maillage (au passage, non seulement ils sont calculés pour le maillage, mais aussi à partir de maillage, mais je n’en dirai pas davantage). Par contre, toutes les recommandations, sans exception, du système doivent être mises à l’œuvre (lexies proches des liens, table des matières…
l’objectif se définit ainsi : « Pousser une page précise sur sa requête, pour un profil d’internaute choisi, dans une démarche particulière tout en envoyant à Google un signal éditorial de qualité très élevé. En somme, le but ultime est « conversion ». »
Article vu et lu dans le JDN

Tout cela pour optimiser votre SEO, votre référencement naturel dans les moteurs de recherche, en résumé pour être le premier sur la page de Google.

Définition du Cocon Sémantique


Dommage
L’exposition des photos de Luigi Ghirri se termine le 2 juin

Comment un gars devient un artiste photographiste avec un appareil de 1ere communion et des tirages à la papa sur Kodachrome ?
Le sens du cadrage, des ombres, de la lumière, et de la construction d’un paysage, bref l’essentiel sans discours. Tu passes d’une image à une autre sans ennui, sans répétition pourtant les sujets photographiés sont d’une grande banalité. C’est difficile de savoir regarder.
Luigi Ghirri – Cartes et territoires – Musée du Jeu de Paume à Paris
Après le 2 juin il vous restera Google images
  


 

Bienvenue à nos amis chinois
La nouvelle devanture de la crêperie de Milly

Deux années de persévérance pour trouver une entreprise qui fabrique des baies à guillotine et rencontrer l’entreprise capable de les poser.
Bilan calme de cette aventure française après la consultation de 6 ou 7 entreprises. Il y a eu : ceux qui envoient des devis fantaisistes qu’ils ne pourront pas assumer, les trop gros pour nous où trop petit pour eux, ceux qui se déplacent bavardent 3 h mais qui ne rendent pas de devis, ceux qui disent que c’est interdit, ceux qui ont trop de travail, ceux qui affirment que cela ne se fait plus, ceux qui brandissent que ce n’est pas assez isolant, enfin ceux qui vivent avec l’angoisse du souvenir de Monsieur Guillotin rêvant du retour à l’ancien régime…
Quand le bâtiment va, tout va ! Sans autre commentaire.

Publicités
Publié dans # 213 06-2019 | Laisser un commentaire

Printemps / été 2019 – #212

Au château de Maisons à Maisons Laffitte – Fastes éphémères – Installation de Régis Crozat avec le concours de la Galerie Laure Roynette

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Cette installation conçue spécifiquement pour le château de Maisons forme un ensemble constitué d’édicules semblables dans leur design, ils vont vivre leur temps et entamer un processus de ruine.
Une vidéo lors du montage est actuellement disponible
Château ouvert tous les jours sauf le mardi de 10h à 12h30 et de 14h à 17h
Parc en accès libre de 10h à 17h30
Maisons Laffitte est accessible par le RER A


LE VERNISSAGE
La manifestation s’est déroulée sous un ciel partiellement ensoleillé avivé par un vent du nord soutenu. « Ca caillait à mort comme l’auraient dit certains ». Un public nombreux de Mansonniens et de Parisiens avait répondu présent, dont plusieurs personnalités éminentes de la commune et des Yvelines, ainsi que du monde de l’art contemporain. A l’intérieur du château les convives ont pu profiter des oeuvres, éclairés par les discours de Monsieur le maire de Maisons Laffitte et de Madame l’administratrice du château, tous deux fort à propos et au fait du travail de l’artiste, un cocktail cloturait l’après midi.


Une belle ruine inéluctable

Trois projets ont été proposés en 2017 : des structures de contemplation disposées en divers endroits du parc et du châteaux, une colonne au centre de l’escalier principal, et cet ensemble d’édicules offrant un parcours de réalité augmentée.

Un prototype à l’échelle, construit en Charente Maritime, a permis de valider les concepts d’assemblage ainsi que la tenue des matériaux, durant une année il résisté au vent, à la pluie et au soleil. Durement éprouvé, il aura servi de laboratoire pour les différentes installations placées à l’intérieur ou sur ses parois.
Au mois d’août 2018 toutes les configurations sont construites et testées pour être implantées rapidement dans leurs structures définitives. En janvier, on nous confie les clés du hall de l’hippodrome durant une semaine pour l’assemblage des 10 édicules. Ils sortent du sous-terrain du château 10 jours avant le vernissage pour être habillés de leurs frêles panneaux de bois. Laissons faire le temps pour contempler leur déformation.

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

# 211 avril 2019

Allez prendre l’air à l’ouest
« FASTES EPHEMERES »

Régis Crozat est au château de Maisons à Maisons Laffitte, pour une installation artistique visible ce printemps et tout cet été à partir du 13 avril jusqu’au 2 septembre. Les édicules seront installés à l’intérieur du château et dans le parc (ce dernier est en accès libre).
Les lecteurs d’Interlettre sont invités au vernissage qui aura lieu le samedi 13 avril à 17 h, demandez votre invitation en répondant à ce mail ou simplement télécharger l’image ci-dessus, que vous imprimez.



Tourbière de la chaume du Neuf-bois, Vosges du sud


Le mobilier urbain décomplexé
Cet urinoir pour homme était en libre accès sur le boulevard à côté de la place de Clichy et en fonctionnement (pas testé et pas vu d’usager) le 15 mars. Ou bien serait-ce un geste artistique ? Est-il connecté ? Comment sont retraitées les liquides, il y a un arbre juste à côté ?


De la démagogie participative
Embellir Paris avec des œuvres d’art, « une cautère sur une jambe de bois »

La ville peut–elle devenir un musée à ciel ouvert ? Oui, mais à certaines conditions, certainement pas à celles proposées dans le cadre de ce projet.
L’ambitieuse perspective vise à convoquer des artistes* sur un grand nombre de projets relativement modestes, quantité et qualité font rarement bon ménage, d’autant que les œuvres doivent être pérennes. Pour ce que j’ai vu, les projets s’avèrent médiocres, sans envergure, sans lien particulier avec leur environnement esthétique au risque de n’offrir qu’une intégration forcée voire brutale, pourquoi pas si elle est de qualité, mais ce sera difficile avec des budgets trop faibles.
L’architecture et l’urbanisme ne sont-ils pas garants d’une caution artistique, pour peu que l’on ne les contraignent pas dans l’observation du cadre très restrictif de la conservation d’un patrimoine idéalisé ?
Par ailleurs, le bon sens populaire dirait que : Avant de décorer les rues d’œuvres d’art ne pourrait-on pas également investir pour les nettoyer ?
Si l’on concédait plus de liberté aux architectes ou aux décorateurs d’espaces commerciaux nous aurions de l’audace, de la création en relation avec la ville et sa fonctionnalité. Plutôt que de plaquer de « l’art », comme on accroche un tableau sur un mur blanc, autant l’intégrer à la source, lors d’aménagements ou de réaménagements.
La véritable révolution ou modestement geste en faveur des artistes serait de les impliquer systématiquement aux processus de construction des structures urbaines utiles au développement de la cité. J’ai toujours beaucoup aimé le centre Pompidou et les colonnes du Palais Royal. Le 1% artistique, pris sur le coût du projet, pourrait être étendu à la plupart des constructions neuves ou aux rénovations, pourquoi pas avec une incitation de la part des pouvoirs publics.
Le projet actuel sans grande ambition ressemble plus à un acte démagogique qui va satisfaire le peuple et faire croire aux artistes qu’ils ont un rôle dans la cité, en les ravalant au rôle de décorateur !
Bouclons la boucle, dans un premier temps la pré sélection des œuvres fut donnée à tous via un site internet où tu pouvais voter pour tous tes copains, heureusement la décision finale revint à la haute main des galeristes et des professionnels, normal la moitié du butin allant dans leurs poches (eux aussi ont des frais !).
R.C
*Je n’ai pas concouru car je n’aurais pas fait mieux


Combien de temps encore ?
Les trottinettes

Même quand j’étais môme j’ai jamais pu blairer ces micro-vélos, reconnaissons que c’était plutôt un truc pour les filles.
Quelques dizaines plus tard, l’émotion reste intacte, alors je marche, vite, souvent en réfléchissant, à ce que je vais bien pouvoir raconter dans Interlettre le mois suivant, je regarde le spectacle de la rue, je pense à mes amis, il m’arrive de méditer pour mieux médire… Tout ce que je ne ferais au volant d’un bolide roulant à 25 km/h à contresens dans une rue large de 4 mètres.
Combien de temps ce modèle économique peut-il durer ?
Actuellement aucun opérateur ne gagne d’argent, heureusement ce n’est pas leur préoccupation. L’expérience des Vélib fut un fiasco, les Autolib…, comment les loueurs de trottinettes vont-ils s’en sortir ? Actuellement ils sont huit pour un parc de 6 à 7000 engins qui encombrent les trottoirs de Paris, ça va saigner grave (à tous les niveaux !!) qui va gagner, déjà les fabricants, car la durée de vie de la bête est estimée à 29 jours. Super écolo pour le recyclage des piles, il paraît que cela coûte plus cher qu’un vélo à l’acquisition et à l’entretien. Pour en finir, le trajet moyen se situe entre 1 et 1,5 km, soit un bon quart d’heure de marche.
Tiens, savez vous comment on finit les Autolib ? Sur le parking de chez Matra à Romorantin lors d’une gigantesque vente aux enchères, où les caisses furent échangées au prix de 3000€, 4000€ pour les moins sales !
Sources le jdn https://www.journaldunet.com/

 

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

# 210 mars 2019

Un avant goût de l’été avant de replonger dans les giboulées, les « ne te découvre pas d’un fil », et des « fais ce qu’il te plait » alors qu’il vase toujours à Paris pendant le festival de Cannes.
EDITO / En tout cas, à la chandeleur le soleil s’est levé de bonne heure, les oies sont déjà remontées vers le nord et les oignons récoltés à l’automne avaient peu de pelures, en vertu de quoi l’hiver est passé, c’est déjà pas si mal.


La puissance du marketing de marque opère depuis longtemps, le processus d’identification avec l’œuvre d’art est sans ambiguïté ; la petite villa, loin des mastodontes voisins, revendique néanmoins son appartenance à l’élite en utilisant la recette d’un signifiant fort et valorisant. Un peu ridicule, mais il ne tue pas, un siècle plus tard il apparaît comme tendrement désuet.
Joconde, hormis le titre du tableau, ne signifie rien d’autre que le nom marital de Monna Lisa : del Giocondo.


3 lettres magiques – YKK
A force de… et un peu de curiosité

Chaque être humain en manie une au moins une fois par jour, j’exagère à peine !
7 milliards de pièces vendues par an, c’est solide, ça fonctionne plusieurs années, ça s’use à peine.
J’avais fini par oublier ces trois lettres que j’écrasais chaque jour en pinçant un curseur, YKK, un modèle parmi les plus résistants et qui ne se coincent pas.
Le produit a évolué, le nylon côtoie le métal, mais quel fabricant peut se targuer aujourd’hui de rester numéro un des ventes (la moitié du volume mondial) avec aussi peu de modifications structurelles et le risque que cela dure encore longtemps ?
YKK est une entreprise japonaise fondée en 1934 qui fabrique des solutions de fixation, dont les fameuses fermetures « Eclair » (marque commerciale déposée par un fabricant français) ou zip. Cette fermeture à crochets métalliques a été inventée en 1913 par un suédois.
Pour YKK, Wikipedia donnent un CA de plus de 6Mds €, 250 usines et plus de 38 000 employés, à titre d’information Amazon compte 647 000 collaborateurs !
Moralité, il vaut mieux vendre des petits produits pas chers à la terre entière que des gros très chers aux 5% qui possèdent le monde. De cela rien de nouveau, nous vous l’avions déjà dit, il suffit de regarder comment les GAFA gagnent leur argent.
Les petits produits font les grandes rivières et le profit de ceux qui les réalisent.


Pas encore pour demain
Les voitures autonomes, un enjeu pour le net du futur

Le loch Ness et nos routes nationales
Les annonces se multiplient, les constructeurs transpirent, les FAI se frottent les mains, pendant que les Russes et les Chinois se constituent des Internet à part.
Nous ne sommes pas encore près de voir circuler des voitures sur le réseau secondaire alors que leur chauffeur se matte une série sur Netflix ou commande son repas sur Amazon tout en sirotant son café.
Premiers persiflages :
Que vont faire les gendarmes, surtout aux beaux jours ?
Comment l’état va t-il rattraper le milliard perdu des recettes des amendes ?
Un autre moins drôle :
Une telle dépense d’énergie pour gagner quoi ?
Sachant que les accidents surviennent à proximité des domiciles, sur le réseau secondaire, là où les voies ne seront pas équipées.
Dans les agglomérations, où finalement ce serait le plus intéressant, il faudra mettre au pas les piétons qui traversent n’importe où (bien pour les amendes !), surveiller les utilisateurs d’engins à deux roues peu soucieux de la signalisation et surtout croiser les doigts pour qu’aucune panne de l’Internet ne survienne. Régulièrement nous vivons au moins un bug ou une interruption sur un réseau qu’ll faut s’imaginer plus sollicité avec tous ces véhicules et objets connectés, les gars au volant avec leur série devant le nez et la blockchain tournant à plein régime,
Sans oublier le spectre de la cybercriminalité menée par des états détenant là une véritable arme de guerre massive.
Il paraît que la 5G va tout résoudre et le morcellement des réseaux sécurisera l’affaire, il paraît également que dans cinq ans tous nos règlements monétaires se feront sur nos téléphones mobiles, il paraît aussi les espèces animales…
Positivons, si tous les gars du monde !
En tout cas, l’obligation de l’interopérabilité, pour tous les opérateurs de ce secteur de l’automobile nous fera tous avancer dans le même sens.


La mascotte de l’agence vous salue

La télévision…
que « personne ne la regarde »,
mais qui équipe toujours 95% des foyers, et que tout de même 44 millions de Français regardent 3h et 46 mn chaque jour.
Que devant les réseaux sociaux, YouTube et le replay, les Français à 61 % ne voudraient pas se séparer.*
Simplement humain, la TV nous amène cette part d’incertitude, de nouveauté ou de surprise, que ne procurent pas les sites thématiques qui ne diffusent que des séries.
Idem pour la radio et le disque, pourquoi continuer d’écouter la radio alors que nous avons accès à tout ce que nous aimons quand nous le souhaitons, avec la possibilité de le répéter à l’infini ou de se constituer des play-lists de la mort ?
* Stratégies http://www.strategies.fr/blogs-opinions/idees-tribunes/4025007W/ne-comparons-pas-netflix-a-une-chaine-de-tele.html

Ce en quoi, tous les dictateurs finissent toujours par échouer à vouloir faire notre bonheur.

Publié dans # 210 03-2019 | Laisser un commentaire

# 209 Février 2019

Les goûts et les couleurs
Connaissez-vous l’histoire des toges vertes et des toges bleues ?
Une histoire ancienne…

En 532 Justinien à 50 ans, depuis ses 45 il règne sur le bassin méditerranéen, assuré du pouvoir légitimement, soigneux de ses apparitions publiques il se rend régulièrement aux courses de chars dans l’hippodrome. Constantinople en pleine expansion compte plusieurs centaines de milliers d’habitants.
Ces manifestations, point d’orgue de la vie de la cité, mettent en lice deux factions (les Dèmes) : les verts et les bleus, chacune financée par ses partisans aisés. Le peuple des spectateurs choisit son camp, l’empereur fait de même en sélectionnant la faction qui l’aidera à gouverner.
Les courses de chars n’ont jamais été calmes, des rixes entre verdâtres et azur survenaient régulièrement avec leur lot de morts. Le 10 janvier le conflit sort de l’hippodrome, une histoire administrative mal gérée par le pouvoir unit les deux factions lors d’une course, Justinien néglige l’affaire.
Mauvaise limonade, le peuple sort du stade et incendie sainte Sophie (l’église) ainsi que d’autres bâtiments administratifs, un contre pouvoir appuyé par des généraux apparaît alors que Justinien disparaît. La ville brûle, le palais est assiégé, de vieux démons ressurgissent prêts à récupérer le pouvoir.
Finalement l’empereur résiste, la répression est sanglante avec 30 000 morts dans l’hippodrome, indistinctement partisans et adversaires sont massacrés, les généraux ordonnent sans discernement « Dieu reconnaitra les siens ! ». La situation rétablie Justinien pourra encore régner tranquillement plus d’une trentaine d’années.
Bilan de l’insurrection, une ville à rebâtir, dès le 23 février la reconstruction est entreprise pour la nouvelle Sainte Sophie que nous voyons encore aujourd’hui. Les courses de chars reprennent cinq années plus tard, les factions colorées en attendront quinze.
L’histoire bégaie comme le disent pudiquement les historiens. Cet événement se nomme également la sédition des « Nika » cri de guerre des révoltés unis contre la vie chère (euh non, plutôt la corruption !)
Ref. « Pourquoi Byzance ? Un empire de onze siècles » – Michel Kaplan – Gallimard 2016


Près de Paris
Régis Crozat à Maisons Laffitte, dans le parc et le château, une installation artistique visible ce printemps et tout cet été à partir du 13 avril.

La France qui gagne…
CES mouture 2019
Il y a deux ans nous avions relayé avec candeur l’événement international qui réunit annuellement la hype de la high tech. Cette année la France dominait l’événement avec plus de 380 start up (plus que les Ricains !) Quantité ne rimant pas toujours avec qualité, il paraît que certains se gaussaient de la pertinence d’une bonne partie des inventions franchouillardes digne du concours Lépine. Les régions (argent public) auraient subventionné 160 projets sans grand discernement. C’est bien connu l’essentiel est de participer, hein !  Sources le JDN
C’est un peu comme la vidéo et l’art contemporain en France

Publié dans # 209 02-2019 | Laisser un commentaire

Janvier

C’est les vœux, bonne année à tous.

voeux-19-b

 

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

# 207 décembre 2018

MON BEAU SAPIN (pour une fois !)
Le sapin de la rue du Commerce à Paris se tord de rire en annonçant « Grincheux Noël » à tous les badauds.

Web & Société
Tu serais plutôt… modérateur ou influenceur ?
Il y a ceux qui nous montrent le chemin et ceux qui invitent à réfléchir, comme toujours, il y a ceux qui accélèrent et ceux qui freinent, et les pourris qui bouffent à tous les râteliers tant que la gamelle se remplit. Le KOL (Key Opinion Leader) serait-il le fruit d’un nouveau mix vertueux, un Bayard de l’information pour les consommateurs ?
Du plomb dans l’aile des influenceurs, comment croire des gars ou des filles qui font du placement de produits, et par ailleurs de la recommandation en se targuant d’être impartiaux. Alors le KOL est arrivé, le nouvel influenceur 3.0 avec son fichier de followers /abonnés qui réagissent en permanence et qui le notent, faisant de lui un véritable prédicateur. (le JDN)
Le mouvement des « gilets jaunes », déconnecté de toutes appartenances, s’inspirerait-il inconsciemment de cette nouvelle tendance : à la recherche de nouveaux maîtres.
N’oublions pas que les réseaux ne se créent pas, ils existent déjà, pour se les attacher il suffit de leur apporter des solutions séduisantes.



PEUR SUR LA VILLE
La Poste… prend soin de nous
1 – Avis à tous ceux qui vendent du vin par correspondance, il y a obligation de mentionner sur les enveloppes de vos mailings « L’abus d’alcool…..  » sinon amende. Et paf ! Au cas où ils viendrait l’idée aux mineurs d’ouvrir un courrier publicitaire destiné à leurs parents et de passer une commande.
2 – Attention la grosse boite aux lettres jaune pourrait vous mordre ou bien La Poste souhaitait décorer ses boîtes pour les fêtes avec des autocollants « Risque de blessure » ?
On constate une recrudescence d’enfants et de vieillards qui se sont faits dévorer les doigts en postant leurs lettres au père noël. Quelle horreur !


Haute finance
Innover à tout prix, occuper le terrain, il en restera toujours quelque chose
Amélie Poulain va pouvoir gérer son portefeuille et ses histoires sentimentales concomitamment dans sa cabine Photomaton.
Le mélange des genres reste à la mode : Cross, trans, hybrid, bi, flexi, multi …
Photomaton et la néo-banque Anytime s’associent pour nous simplifier la vie. (le JDN)
L’histoire est simple, l’un détient un certain nombre d’espaces qui tombent doucement en désuétude et les autres ont besoin de visibilité pour étendre leurs services auprès d’un large public. De là à transformer une cabine photo en un micro guichet bancaire il n’y avait qu’un pas, qui semble se franchir. Nous devrions bientôt pouvoir ouvrir un compte en ligne dans une guitoune photo.
Que pourraient devenir les sanisettes Decaux ?


La liberté d’expression menacée
La loi sur la sanction des « Fake news » est adoptée
Une définition : les « fausses informations » sont « des allégations ou imputations inexactes ou trompeuses d’un fait de nature à altérer la sincérité du scrutin ».
Au delà du scrutin, il n’y a qu’un pas pour que s’applique une censure sur les média ou tout autre mode de communication. Qui va contrôler, une nouvelle agence gouvernementale de la « modération » ou bien diligenter les gendarmes, la justice, informés par des dénonciations ?
Quand modération rime avec liberté, ça peut craindre velu.
En tout cas retenez ce conseil qui vaut dans toutes les bonnes dictatures : Qui cause s’expose !

Alimentaire & mobilité
Prêts à tout et bons à rien
Fatigante cette époque qui réinvente tout, simplement pour faire marcher le commerce
Le flexitarien est un omnivore comme les autres ?
« Le flexitarisme se développe d’abord auprès d’une communauté de consommateurs qui sait faire preuve d’ »empathie écologique ». Ces consommateurs qui cherchent à réduire leur consommation de viande…) »
In fine, le flexitarien reste un végétarien qui mange de la viande….

Scoop mobility : Suvora invente la moto à 4 roues ou la voiture sans toit (ceci est un fake)


Interlettre soutient le bitcoin
Régulièrement depuis deux années nous vous communiquons la valeur de la monnaie cryptée, ce mois-ci, enfin ce jour, le 26 novembre le bitcoin était à 3433 €, le 13 il flirtait encore avec les 5400. L’année dernière il s’était enflammé plus de 17000. Pourquoi ? Les monnaies virtuelles se diversifient et les états entre dans le jeu avec une volonté de régulation. La spéculation risque de cesser.

Publié dans # 207 12-2018 | Laisser un commentaire