#203 Eté 2018


VVF (Vacances Vegan Fournaise) – Le bivouac au flanc de la falaise avec les chèvres et les mouches

En attendant l’automne
Nous vous souhaitons un bon été, chaud mais pas trop, actif mais trop, avec du repos mais pas trop, profitez-en pour faire d’autres choses, amusez-vous, soyez curieux, profitez bien de vos vacances.

La vérité sur les voitures autonomes

2020 ou plutôt dans 20 ans* ?
Effets d’annonce, occupons la place, enflons, enflons, les consommateurs ont la mémoire courte et les promesses n’engagent que ceux qui y croient. La vie est belle pour les bateleurs et les médias qui souvent relaient n’importent quoi en se contentant de recopier des communiqués de presse. Ne rêvons pas nous ne sommes pas près de lâcher le volant, d’ailleurs la maréchaussée veille au grain. Si elle pouvait nous menotter au manche elle le ferait volontiers, (pas le droit de boire, de manger, de fumer, pas d’oreillettes… et pas le droit de s’endormir).
*Selon les gars de VW

 

Quand les voitures rouleront toutes seules à 80 !

Mauvais trip
J’ai rêvé de ma Suvora autonome qui, avant de rejoindre une casse pour y être retraitée, après 10 années de loyaux services à 80, faisait un détour par un Ephad… en me larguant au passage.
« Soudain les portes s’étaient verrouillées, l’auto filait dans une zone que je ne reconnaissais pas. Pourtant ce matin tout allait bien, je devais toucher mon nouveau véhicule, un modèle Suvora H sans pédale. Content, avec l’autonomie totale je pourrais me promener en voiture qu’à 90 ans. J’avais choisi sur Amazon le modèle Rouge Apple avec la connexion blindée. L’option coûtait 3 bitcoins et me garantissait que personne ne pourrait prendre le contrôle de mon os.
Cruelle matinée, les pneus usés de ma vieille guimbarde avaient crissé sur le gravier de la cour de l’Ephad, deux gars en blanc étaient sortis en poussant une chaise roulante. Gloups ! Fait comme un rat, les types ont déverrouillé la porte. Pas le temps de dire bonjour, j’étais menotté à ma nouvelle charrette.
Sur le gravier les pneus usés ont de nouveau crissé, sans fumer elle est repartie à 30 à l’heure. J’imagine que cette s…. a dû rouler à 150 sur la départementale, afin de me faire sauter définitivement tous les points de mon permis. »
Epilogue : Pour l’instant les voitures ont encore, et pour longtemps, un manche et des pédales. Le pire est que d’autres gars plus sérieux ont déjà imaginé ce type de prestation.


Marketing pour les nuls

De l’infidélité érigée en dogme commercial

On nous a toujours enseigné qu’il valait mieux garder un client pour s’enrichir. Cest vrai, encore faut-il du discernement, hélas pas mal de marketeurs en manque, nous le constatons chaque jour. Dans leur élan de rapacité aveugle les types prennent tous les risques en voulant gagner toujours plus mais sans vendre plus. Comment ? En augmentant la marge, facile, avec des clients captifs prélevés régulièrement, discrétos les tarifs grimpent de 5 à 10%. Quoi de plus normal pour les médiocres, leur règle : « assommer les bons vieux clients » à peu près satisfaits d’un service moyen (c’est pas pire qu’ailleurs !).
A votre avis pourquoi Google reste t-il N°1 ? C’est très simple en n’augmentant pas ses tarifs il demeure compétitif et ne permet pas à d’autres de se faire une niche. Google gagne beaucoup d’argent parce qu’il amasse des clients sans les essorer. C’est basique, mais nos assureurs, nos banques, ou nos fournisseurs d’accès à internet, et d’autres soit disant moins intelligents, ne semblent pas le comprendre, ils préfèrent refiler des fortunes à Google pour leur pub afin de récupérer de nouveaux clients perdus.


Dommage
Bof, au palais de Tokyo

Nous relayons régulièrement l’actualité de l’une des scènes de l’art contemporain parisien que nous affectionnons. Pour cet été l’enfance est à l’honneur. Pas terrible ce monde vus par les artistes, même pas joyeux, pas beau, pas drôle, presque ennuyeux. Avec des installations quelconques, sans saveur, des vidéos floues et glauques. Les organisateurs semblaient à la peine pour remplir le vaste espace, et nous en donner pour notre argent. Même la grande installation de Laure Prouvost qui tire son épingle de ce galimatias finit par lasser. Pour l’émotion et le malaise, c’est assez réussi dans la salle des clowns, d’ailleurs personne n’y flane…
Palais de Tokyo jusqu’au 9 septembre – Paris seize


Quelques chiffres de la consommation en ligne (source Fevad)

– Croissance des ventes sur l’Internet +14% /2017
– 37,5 millions de Français achètent en ligne
– 182 000 sites marchands dont 9 000 absorbent 87% du marché
– 7 sur 10 sont rentables soit 6 300 sur les 182 000 donc 175 700 sont out, beaucoup de déchets !
– Le nombre moyen d’achat par an est de 33 pour un panier de 65€
– L’habillement est en tête suivi par le tourisme et la culture

Publicités
Publié dans #203 07-2018 | Laisser un commentaire

# 202 juin 2018

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Juste quelques loukoums, une paire de sacoches pour la mobylette, trois ou quatre Pop Kek, des boîtes de thé noir, des figues et des écorces d’oranges confites qui dégoulinent dans le sac, rien d’autre à déclarer ?
Enfin si, près de 2000 photos pour la trentaine de nouveaux sites que nous avons visités : parfois perchés à plus de 2000 mètres ou bien encerclés par un marché aux bestiaux dont l’odeur ferait pâlir un troupeau de moutons, accompagnés par les gendarmes sous un orage en montagne, plombés par le soleil quand les serpents filent entre tes pattes, sur une colline qui n’est qu’un gruyère de citernes et de silos, en longeant des précipices trop profonds pour le néant, bus plus de 10 thés par jour pour remercier ceux qui nous accompagnent et nous les offrent, roulé 200 km cinq heures de pistes pour une ruine inconnue qui le restera, de l’extase devant un soubassement avec un bloc taillé même renversé « la preuve », parfois seuls devant des hectares de ruines au soleil couchant, un mur est tombé depuis mon premier passage, « trop tard pour monter jusqu’en haut il ferait nuit », ailleurs un jaloux n’hésite pas : « il y a des loups et des terroristes dans les montagnes », d’autres soulèvent le moindre arbuste pour nous montrer un vestige ou inventent des tunnels, pour quelques uns je serai leur dernier témoin, là posé sur une butte au milieu d’un champ j’en devine au moins cinq autres, « m… pourquoi cette p… de route s’arrête », j’ai serré des mains noueuses, calleuses, fermes, écouté, fais répéter, insisté, expliqué.
Qu’est-ce que ces deux là de Paris viennent voir par ici, des ruines dont tout le monde se fiche. Perdre son temps, dépenser ainsi son argent. Ils ne comprennent pas mais ils offrent à manger ou le çay, alors le temps passe différemment avec une nouvelle histoire à raconter.
L’inconcevable est de s’intéresser à ce qui n’a aucune valeur reconnue

Kiz-BNP


Le retour de la sacoche
Le vélo étant redevenu à la mode et presque une obligation dans certaines villes, il est temps de penser aux accessoires.
La sacoche devrait s’imposer dans les prochaines années, pratique pour y ranger ses commissions en revenant du marché, y loger une poule ou un canard, ses affaires de sports ou son ordi pour aller travailler. Malletiers et bourreliers de renom (Vuitton, Hermès, Lancel ou encore Prada…) ne tarderont pas à nous sortir des modèles d’exception, étanches, dorés, avec catadioptres ou tout simplement connectés, (histoire de ne pas se les faire barboter). En attendant nous avons déjà opté pour un modèle en poil de chameau.


Grosses cultures
Certains protègent la nature en cultivant hors sol, d’autres la travaillent au corps pour mieux l’exploiter.
Nos ancêtres les gallo-romains doivent se retourner dans leurs sarcophages s’ils voyaient le renouveau de la culture en terrasse. Les murets de pierres de l’horizon lessivé s’effacent doucement devant les amoncellements de blocs cyclopéens poussés par des bulldozers monstrueux. Les enrochements de plusieurs mètres bordent des terrasses où poussent des haricots à rames, des tomates, des concombres. Ainsi de la montagne à la mer des terrasses s’étagent, enfin jusqu’aux pieds des buildings.


Décomplexés
Elections présidentielles et législatives en Turquie vues dans le centre sud-est
Le pays a l’allure d’une grande foire, les villes et les routes se parent de banderoles multicolores, d’affiches géantes, de voiles démesurées. Le moindre poteau, tablier de pont, arbre, devient le support d’une affiche ou d’un filin qui relie l’axe suivant pour une gigantesque farandole de fanions qui serpente dans les avenues. Pas de pudeur chacun affiche son parti sur sa voiture, du pare-soleil aux décalcomanies de vitres ou de capot. Enfin la fête ne serait pas totale sans la musique, des camionnettes bariolées, grimées intégralement aux couleurs et avec force portrait des leaders, sillonnent villes et obscurs patelins de montagne bardées de haut parleurs. Ca braille beaucoup, sans couvrir toutefois le bruit des klaxons.
Conclusion, vu de l’intérieur par un œil extérieur
Les trois principaux clans semblent avoir beaucoup d’argent pour mettre en place de tels moyens, dans un pays où la monnaie perd 30% de sa valeur chaque année de puis 3 ans. Un peu d’écologie, après le 24 juin qui va nettoyer toute cette débauche de toile, bâche, papier, plastique, accrochés jusque sur les flancs des montagnes ?

Publié dans # 202 06-2018 | Laisser un commentaire

# 201 mai 2018

Ouvert


Fermé
Déjà en 2005, grilles, murs, ou portes closes… engagent à la transgression

Onafaitça et puisça
Cet hiver : Marketing & design, ça paye

+ 20 %, le chiffre d’affaires de la Crêperie de Milly a bondi ces trois derniers mois. Depuis février, nouveau cadre et nouvelle carte menée par une nouvelle cheffe en cuisine, l’établissement comble ses clients nouveaux et fidèles. Il suffit de consulter les appréciations sur Google et Tripadvisor. La leçon est intéressante, le client est sensible au contenu de son assiette et à son environnement. Rien de neuf mais il est toujours bon de s’en souvenir.


Ce printemps : Marketing global

Nous intervenons actuellement pour des producteurs bio, maraîchers installés dans la plaine des Mureaux.
Au programme, design et merchandising pour une nouvelle boutique dans un bâtiment à ossature bois. Conception de l’identité visuelle déclinée sur toute la signalétique et les packagings, mise en place d’outils pour générer de la création de trafic sur le nouveau lieu de vente attenant à l’exploitation (éloignée des flux de circulation), outils dématérialisés (site web, enewsletter, Facebook). La boutique, plus vaste, s’ouvre à d’autres producteurs, ainsi qu’à une gamme de produits bio sélectionnés.
Ferme de la Haye (fruits et légumes) plaine des Mureaux (78)
Aménagement de l’espace de vente avec la création d’une surface de stockage. 1ère étape Segmentation, habillage des parois, création d’un faux plafond, pour une configuration plus conviviale
     


Exposition à Paris / A la fondation Cartier
Faire le bien de l’humanité en architecture est-il compatible avec la liberté ?

A la lumière de cette belle exposition de maquettes, calme et douce, où règne le blanc, les verts pastels et la minéralité, nous pourrions craindre dans le futur pour notre intégrité intellectuelle. En effet, que penser devant des projets de crèches, d’écoles ou d’universités, qui concentrent en seul lieu, sous une même entité architecturale, toutes les activités humaines en ratissant toutes les formes de créations possibles. L’architecte en parait conscient, mais est-il réellement maître du jeu lorsqu’il crée ces doux univers concentrationnaires. Je repense à l’Ile d’Yeu qui ressemble tellement à celle du « Prisonnier » avec ses petites maisons blanches toutes identiques et ses Méharis, beau mais finalement tellement ennuyeux.
Junya Ishigami – Freeing Architecture


L’affaire du RGPD

Interlettre serait-il menacé ?

Le RGPD (règlement général sur la protection des données) entre en vigueur à partir du 25 mai, son objectif est de « redonner aux citoyens le contrôle de leurs données personnelles, tout en simplifiant l’environnement réglementaire des entreprises »
Depuis le temps que nous en parlions ça-y est les gendarmes de la CNIL vont pouvoir intervenir, la « fin de la récré » comme disent certains. Attendons de voir, les GAFA eux n’ont pas attendu en révisant leur conditions générales, vous avez certainement déjà reçu des avertissements de mise à jour des conditions générales de la plupart des multinationales du web. Vous avez cliqué sur le bouton le plus gros et le plus sympa : « accepter ». Normal, sinon ils vous viraient, où alors vous payez, un service ça se paie.

Episode 2
Vivement le 25 mai ! Fini les spams et le retargeting lourdingue ?

Les faits / la règle
1 – On doit vous dire très clairement pourquoi est-ce qu’on collecte vos données, pour quelle finalité. 2 – On doit vous dire qui va être destinataire de ces données et qui y aura accès. 3 – Vous devez aussi savoir combien de temps vos données seront conservées. 4 -Enfin, on doit vous dire quels sont les droits que vous avez par rapport à ces données »
Par exemple :
1 – Un abonnement à une newsletter, une diffusion à d’autres supports qui vous enverrons des offres commerciales…
2 – De l’utilité, voire l’obligation, d’un DPO (Data Protection Officer) qui se doit d’être un salarié impartial, ou de l’utilisation de logiciels dédiés et validés pour la collecte des données
3 – Selon l’usage, aux termes de 3 à 5 ans un contact inactif devra être ôté de la base
4 – Vous aurez un droit d’accès à vos données personnelles aisément, vous pourrez les changer d’un compte (banque, réseaux sociaux…) à un autre sans obstruction

Episode 3
4% du CA jusqu’à 20 millions l’amende si votre société ne respecte pas les règles du RGPD… on tremble !

Vos avantages
Les données personnelles* des européens devraient être un peu mieux protégées. Cela vaut pour tous ceux du monde entier qui manipuleraient ces adresses, à voir comment les brigades de la CNIL vont cavaler derrière des gars embusqués dans le Sahara occidental, en Sibérie ou dans le désert du Neguev…
Certains organismes vertueux, et opportunistes, pourront se prévaloir d’une démarche RGPD auprès de leurs clients, on voit déjà, se pointer les … militants, les écoceci, et les cocela.
Pas d’informations pour la dénonciation des malveillants ?
Quel sera le recours en cas de spam ?
Le dépôt de plainte, assez laborieux aujourd’hui, sera-t-il simplifié et plus efficace rapidement ?

* Données personnelles, à retenir
Cela veut dire : « toute donnée relative à une personne physique identifiée ou pouvant être identifiée directement ou indirectement grâce à cette donnée. L’adresse email, l’activité professionnelle, l’âge, le sexe d’une personne physique sont donc des données personnelles »

Parmi tous les sites consultés voici le plus clair à notre avis : https://fr.sendinblue.com/blog/rgpd-consequences-emailing/

Episode 4
Opt in et out ?
Fini le choix négatif, pas vu pas pris, le public doit cocher volontairement une case en acceptant les conditions générales.

– Opt-out : pratique proscrite consistant à inscrire d’office en attendant que l’utilisateur se désinscrive.
– Opt-in passif : pratique proscrite consistant à obtenir le consentement de manière détournée, en pré-cochant la case correspondant au souhait de recevoir des emails.
– Opt-in : la seule et unique valable qui consiste à laisser l’internaute exprimer librement son consentement par une action positive, en cochant lui-même la case correspondant au souhait de recevoir des informations.

Des nouveaux jobs en perspective
– Informaticien : DPO (Data Protection Officer)
– Délateur rémunéré
– Gestionnaire de « class action »
– Gendarme à la CNIL
– Gestionnaire de patrimoine de données
– Bien entendu si vous effectuez une requête RGPD sur le net, vous allez voir apparaître en tête de liste tous les marchands du temple, cabinets conseil en RGPD (peut être s’agit-il de certains qui vendaient auparavant des adresses pourries ?)

Episode 5 (fin)

Pour info, merci qui ?
« J’ai tout de même passé une longue mauvaise journée à compulser des informations afin de comprendre ce que je pourrais proposer à mes clients comme alternative. Hormis le fait de faire signer un papier à tous ceux qui accepterons de recevoir de l’information sur les produits de mes clients, je n’ai pas entrevu d’autre possibilité. Nous n’avons pas les moyens de nous payer un DPO ou de gérer sur une base dédiée les opt in validés. En résumé, pour Interlettre nous allons continuer de collecter des adresses auprès de ceux que nous côtoyons : clients, amis, prospects rencontrés…, notre plateforme de routage gère vraiment les désabonnés qui sont d’office écartés de notre fichier et ne recevront plus jamais de nouvelles de notre part, enfin nous ne louons pas notre fichier.
Pour quelques centaines de destinataires auxquelles nous ne proposons que du bonheur, du sourire ou un brin de contestation, j’imagine assez mal la CNIL descendre à la maison ! » RC

Pour VIRGULE /Interlettre : les données collectées sont vos nom et prénom, votre genre et votre adresse email. Les adresses sont gérées avec des formulaires de désabonnement et d’accès aux données chez notre fournisseur de solutions d’édition et de routage Message Business, qui s’est engagé à respecter les règles du RGPD, nous ne louons ni ne diffusons à d’autres personnes morales ou physiques notre fichier.

Publié dans # 201 05-2018 | Laisser un commentaire

# 200 avril 2018


Le château de Maulnes dans l’Yonne à été bâti entre 1556 en 1573. Moins de 20 années pour un édifice à l’architecture et à la conception avant-gardiste. Pour sûr que ses bâtisseurs auraient été férus d’IA. Géré par le conseil général il se visite.


MODE
L’IA est sur toutes les lèvres branchées

L’Intelligence Artificielle fait peur, normal quand on ne sait pas où l’on va. Ce qui se devine, dans une ou deux dizaines d’années seulement, 20 % des personnes en capacité de travailler lucrativement le feront. Donc les 80 autres resteront tranquilles à la maison à siroter des bières en matant des séries débiles, ramollis, mais hypers couvant et aux petits soins pour leurs progénitures, auxquels ils dédieront tout, en espérant qu’ils appartiendront aux 20% gravement actifs et tunés du futur.

Le monde bouge : exemple N°1
LA PREUVE

La poste (décidément ils sont dans le collimateur) qui n’en finit pas d’innover. A présent, pour envoyer un colis inutile de savoir écrire, tu dois compléter ton bon d’expédition avec la machine (un bon clavier de minitel ABCD…) qui te crunche deux à trois fois plus de temps que d’écrire à la mano.
Pendant ce temps, les gars du bureau errent dans l’espace de vente (bientôt de saucisses ?) en te demandant si tout va bien. Affutés et roublards comme le sont les stratèges de nos services postaux, de la data doit être récupérée pour être refourguer à la GMS, via Facebook. « Tiens Untel envoie beaucoup de colis, et Telun en reçoit énormément, donc ce sont de bons consommateurs rassurés par la vente directe… »
Bien entendu les colis n’arrivent pas plus vite et les tarifs ne baissent pas, normal, il faut équiper les facteurs de combinaisons anti collision, de vélos électriques, de chariots autonomes qui les suivent comme des toutous (en test à Rueil). Ca craint pour les employés des postes, que vont devenir tous ces gars et ces filles, employés d’EPHAD ?
Quant à nous, nous n’irons plus à La Poste, nous éditerons nous même tous nos bons, lorsque le robot chariot passera nous y jetterons nos colis. Gros avantage les robots ne boivent pas de champagne et ne boulottent pas de foies gras… à noël.

Le monde bouge : exemple N°2
LA FORET

Source de bien-être, bla bla… et surtout loisir pas cher, les forêts françaises sont de plus en plus fréquentées (Les Echos). Oui, mais surgit un nouveau casse tête lorsque des types vont constater que pour s’y rendre ça pollue. Alors un jour, seuls des véhicules électriques à 35000 Euros pourront légitimement y pénétrer (les autres n’ayant pas assez d’autonomie). C’est pour bientôt.
La bonne solution, vivre dans la forêt, pratiquer le télé-travail, se faire livrer par les robots autonomes et électriques de La Poste.

Le monde bouge : exemple N°3
LES ANTIQUITES

Il parait qu’utiliser un vieux véhicule ne pollue pas tant que cela, si nous considérons son empreinte carbone laissée lors de sa fabrication passée. Produire à nouveau pollue et pompe la terre de ses matières premières non renouvelables. Tant que les usines qui fabriquent et les centrales nucléaires qui alimentent sont éloignées de Paris tout va bien.
Les stars de l’IA ne pourraient-elles pas inventer de nouveaux moteurs qui consomment très peu, donc pollueraient peu, qui s’insèreraient dans les vieilles autos ?
Un système adaptable que tous les garagistes à la campagne, voire les gars de La Poste en reconversion, seraient capables d’installer.


Fidéliser ses clients
QUELLE BONNE IDEE !

Certains la découvre, ou l’ignorent lui préférant la conquête (L’être humain est ainsi fait), pendant que d’autres malins s’enrichissent.
C’est bien connu la prospection coûte moins cher que la fidélisation… Euh non, c’est plutôt le contraire, c’est le client fidèle qui te fait gagner de l’argent, pas le gars ou la fille que tu cherches à séduire ! Parlez-en à SFR qui met en place un programme de 350 M/an avec 90 experts pour reconquérir ce qu’ils ont laissé filer depuis 2015, soit 2,5M de clients évaporés, tout en gérant 1,6 M de litiges par mois sur 20M d’abonnés, sans oublier le départ de 5000 collaborateurs. (source le JdN)
Les assureurs ont bien du mal à comprendre ce basique, eux qui développent sans cesse de nouvelles stratégies marketing à coup de promo pour capturer leurs nouvelles proies. Parallèlement ils ne cessent d’augmenter leurs tarifs auprès de leur chers adhérents captifs. Evidemment ça donne envie d’aller voir ailleurs, attendu qu’un autre te tend des bras plein de promesses.
Le vécu : fuyez eAllianz qui n’hésite pas à augmenter son tarif entre le contrat préliminaire et l’avenant émis à réception des pièces justificatives (plus sourcilleux que la police, avec une interface de réponse mail plus laconique, tu meurs), tous les prétextes étant valables pour regagner ce qu’ils ristournent au départ (grosses franchises, pas d’assurance des personnes pour le rapatriement depuis l’étranger, et la cerise : certains interlocuteurs vraiment pas sympas, l’heure des robots a sonné).


GAFA 1
Faites comme je dis mais… Fragile Apple ?

Un bon entrepreneur sait qu’un client ne doit pas dépasser plus du quart de son CA, d’ailleurs les appels d’offres en tiennent compte ruinant ainsi les petits qui pourraient vivre un peu mieux (sans autre commentaire).
Un bon entrepreneur n’ignore pas qu’un business mono produit est toujours casse-gueule hormis vendre des oeufs (et encore). Pourtant Apple qui fait 229 milliards de CA, réalise ce chiffre grâce à l’iPhone qui pèse pour les deux tiers soit 141 milliards. Risqué ? Tant que ça marche : plus 15 milliards de CA global entre 2016 et 2017. (source le JdN)

GAFA 2
Facebook et nous tous

Un article intéressant, qui énumère les principaux critères parmi les 52000 qui nous classent et permettent à Facebook de monétiser ses données.
A retenir qu’avec 2,13 milliards d’utilisateurs et 41 milliards de CA en 2017, chaque abonné rapporte en moyenne 19 $/an à Fb.
Les usages évoluent, plus de « vieux » que de jeunes et moins de temps passé.
Fb récupère de la data auprès d’autres sociétés ou partenaires qui lui revendent des informations, les courtiers en ligne (assurances, prêts… La poste ?)
Bon à savoir, les données sont anonymes et protégées, par conséquent nous sommes ciblés parmi un groupe et non en tant qu’individu.
Facebook c’est aussi Instagram, WhatsApp et Messenger. A utiliser avec modération même pour y faire de merveilleuses rencontres.
https://www.seratoo.com/MarketingWeb2.0/facebook-et-la-data/ – A. Claudez

Publié dans #200 04-2018 | Laisser un commentaire

# 199 mars 2018

Le gros ouvrage
LA GREVE

Je viens de terminer la lecture d’un livre qui m’a tenu en forme pendant deux mois et qui ne manquera pas d’imprégner le reste de mon existence. J’aurais aimé le lire à 20 ans, en plus de « La mécanisation au pouvoir » de S. Giedion et de « Martin Eden ». Si la pensée d’Ayn Rand incarne quelquefois outrancièrement les valeurs du travail et celles de la réussite personnelle, elle rassure ma conviction sur le pouvoir à l’autodétermination des êtres dans les sociétés occidentales. Sa description d’un état providence et du socialisme est à peine caricaturale, quant à sa projection d’un monde idéal nous nous approchons de « La petite maison dans la prairie ». A l’ère du droit au bonheur et au revenu universel, des vas et vient de nos modes de gouvernance, l’ouvrage ne risque pas de faire date, il a pourtant été écrit au sortir de la seconde guerre mondiale. La lecture est agréable, servi par une bonne traduction, le suspens demeure jusqu’au bout, les passages philosophiques ne sont pas assommants. Le pavé compte près de 1300 pages difficiles à lâcher.
Selon l’éditeur, La grève (Atlas Shrugged) serait le second livre le plus lu après la bible aux Etats Unis. Pas sûr que ceux qui aient lu l’un ne lisent l’autre. R.C.


Un destin populaire au-delà des espérances pour la cité Frugès. Dépêchons-nous d’en profiter !

 

Marketing mauvais
La Poste n’en finit pas de nous surprendre. Ca va être dur de vendre des calendriers !!!!

Serions nous prêts à laisser la fin de notre vie entre les mains de gars qui ne pensent qu’au profit. Persuadée de sa bonne image passée La Poste fait feu de tout. Pour un peu ils nous ressortiraient l’image de Jacques Tati à vélo filant par monts et par vaux pour livrer 3 ou 4 lettres. Hélas, l’icône du bon facteur sirotant un verre de gnole en fin de journée dans une ferme se ternie à vue d’oeil.
Dans le temps le changement d’adresse était gratuit (service public) aujourd’hui il est payant, de 30 à 60 € tout de même. Ok, payons pour un service rendu, mais là où les types abusent un peu (doux euphémisme) c’est lorsque tu commences à recevoir des mailings de la GMS voisine qui te souhaite la bienvenue dans ton nouveau patelin (à 40 km cela ne les gène même pas, bravo le ciblage !). En résumé, nos amis de La Poste te facturent plein tarif leur service, et sans vergogne, ils n’hésitent pas revendre ton adresse à qui la demande. Avec ça ils vont finir par devenir rentables mais leur indice de confiance va continuer de se dégrader. Un conseil, hélas méfiez-vous de La Poste.

 


Money, tune, artiche, blé…

Le Bitcoin, après son envolée de mi décembre à 17 000 € était retombé à 5 500 début février, il est à présent (lundi 5 mars à 12h) à 9 400 €. Souvenez-vous un bitcoin valait 1982 € le 30 mai 2017, (il était à 700 en décembre 2016 et à 800 en avril 2017).
Tout cela pour vous annoncer que ça bouge dans les crypto monnaies, effet d’annonce ou réalité, suivez le TON ou le Gram. Proposée par Telegram, cette nouvelle unité d’échange fonctionne sur le principe de la blockchain en s’appuyant sur une application qui permet à ses 180 millions d’utilisateurs de communiquer. Nous sommes dans la meilleure des configurations, celle qui apporte une solution smart à un réseau déjà constitué. Pour l’instant les initiateurs (Russes) n’en sont qu’à la levée de fonds qui s’avère costaude en termes de ticket d’entrée. Il y a toujours de l’argent pour les bons projets. A suivre… Sources : le JDN


Automobile
Rien ne change dans la old tech…
Au salon de Genève les 4×4 et SUV sont encore les maîtres du terrain. Toujours beaucoup d’effets d’annonce autour de la conduite autonome, pour l’instant il s’agit surtout de systèmes d’assistance à la conduite, on va enfin pouvoir dormir tranquillement sans risque de se faire flasher, tant que Microsoft n’intervient pas tout va bien !

Publié dans # 199 03-2018 | Laisser un commentaire

# 198 février 2018

Une nouvelle année pour Interlettre qui aborde ses 22 ans (depuis 1996 cela ne nous rajeunit pas, l’essentiel est dans le passage, plus ou moins rapide). Nous sommes un peu en retard mais cela en valait le coup. Le rédac chef intervenait sur un gros chantier, tout en continuant de soigner les clients de l’agence.

LE GROS CHANTIER
Le restaurant familial de Milly la Forêt a fait peau neuve…

… quoiqu’il nous manque encore la nouvelle façade (plantés par un artisan). Heureusement tous les autres ont été presque parfaits dans la mesure où les travaux ne devaient pas excéder 5 semaines avec un budget réduit au maximum. Notre ami Y G Binisti nous a été d’un bon secours pour la coordination du chantier.
Des plans, à la déco, au design du mobilier (un mix de frêne charentais et de plastoc suédois), du sol au plafond de la salle, de la cuisine jusqu’aux WC et un peu sur la terrasse, Virgule et son principal serviteur ont œuvré pour redynamiser l’établissement.
Au passage, la carte s’est élargie avec une nouvelle gamme de burgers qui complète les galettes, crêpes, salades ou tartines, des plats élaborés avec des produits de saison achetés pour une grande partie auprès de producteurs locaux. A voir également le nouveau design pour la présentation de la carte et du site web. Des photos parlent mieux qu’un long discours, sans compter qu’une petite virée vers Fontainebleau en faisant un crochet par Milly vous procurera un grand bonheur d’air pur.
La Crêperie de Milly – 41 place du Marché à Milly la forêt – creperie-milly – 01 64 98 63 49

On a fait ça et puis ça
pour des producteurs viticulteurs

Le domaine de la Poulette
En début d’année ce sont les ventes en primeurs qui occupent les esprits, les mailings de relance sont ciblés sur des clients fidèles, la perspective d’un salon en mars nécessite aussi un courrier sur une zone géolocalisée.
Le logis du Cru
Cognacs, pineaux et cocktails sont commercialisés sous la marque « Chevalier de Cruc ». Ces excellents produits seront valorisés par des étiquettes qui évoquent l’attachement à la tradition et à l’antériorité de cette maison, établie à Sainte Lheurine depuis plus de 300 ans ! Nous sommes également intervenus sur les documents d’accompagnement à la vente (plaquette, bon de commande, mailing), l’aménagement de l’espace de vente ainsi qu’une enewsletter sont en cours.

Dans le vent… Pour combien de temps ?
Auparavant les gars ou les filles espéraient s’y maintenir quelques années, aujourd’hui compter en semaines est audacieux.

1 – Smart wording
Internetholic et workaholism
Illustrent le concept de mots-valise qui permettent dans ce cas de nommer certains troubles qui nuisent à nos comportements sociaux. Faciles à interpréter ces deux là expriment des addictions dans le vent finalement proches de la toxicomanie ou de l’alcoolisme. Ce faisant, un interterholic ou un workaholic peut développer une tendance à alcoolisme ; histoire de ratiociner.

2 – Tendance RS
Combien de temps avons-nous passé sur les réseaux sociaux ? (sachant que 60% s’y rendent pour combler leur désœuvrement)
Facebook : 18h24 par mois, 173 sessions, 6min23 par session
Snapchat : 4h00 par mois, 144 sessions, 1m40 par session
Twitter : 3h02 par mois, 32 sessions, 5m44 par session
Instagram : 2h00 par mois, 47 sessions, 2m33 par session
Entre 2016 et 2017 sur tous les réseaux les durées ont augmenté, à l’exception de facebook qui prenait 33h /mois et n’est plus qu’à 18 . Que faisons-nous pendant ces 15 h : moins de désœuvrement, plus de travail, moins de choses à divulguer ? Les temps de sessions demeurent stables mais la fréquence des consultations a baissé de 10 à 5 par jour. (source le JDN)

3 – Censure
On vous aura prévenu
N’oubliez pas que les réseaux sociaux auront toujours de la mémoire, si vous n’en n’avez pas. Ce que vous aurez posté à 15 ans pourra ressortir 30 années plus tard, lorsque vous serez célèbre. Remarquez, un quart d’heure de honte est vite passé, tout aussi furtif que celui de la célébrité, à vous de voir… Les réseaux sociaux seront de vastes cimetières et deviendront de fabuleuses machines à produire de l’auto censure. Communiquer n’aura jamais été aussi dangereux pour notre liberté. A méditer.


Un retour très attendu
SUVORA

La marque protéiforme lancée dans Interlettre il y a plus de 15 années renait en s’adaptant au marché et aux modes. A l’instar de PSA il devient aussi un fournisseur de mobilités, à ce propos il offre aux bidons ainsi qu’aux addicts des déchèteries un nouveau moyen de transport. Révolutionnaire, le pick up Suvora est glouton comme pas deux, encombrant comme trois citadines, prétentieux comme… mais il n’est ni assujetti à la taxe écologique ni à la TVS. Savoir s’adapter dans un environnement hostile n’est-ce pas le propre de l’homme ? (surtout lorsqu’il s’agit d’emmener ses enfants à l’école, ma mère avait un Solex, même pas assuré)


Belle mentalité

Uber les taxis noirs
Au cas où vous auriez encore des doutes sur cette entreprise qui perd toujours de l’argent, qui traite mal son personnel, qui entretient la délation interne, mène une concurrence agressive et déloyale, utilise les données personnelles de ses clients : lisez cet article instructif du JDN http://www.journaldunet.com/economie/automobile/
Vous aurez peut être moins l’envie de « prendre un uber »… Il existe d’autres compagnies de VTC. (remember le boycott des oranges Outspan).

Publié dans #198 02-2018 | Laisser un commentaire

# 197 novembre 2017

Ce mois ci pas de smart wording, ni d’histoires de geek ou de nerd, seulement du vrai et du remarquable. Tout de même, Airbus annonce des navettes volantes autonomes pour 2020 qui remplaceront les voitures autonomes prévues en 2018.

Remarquable
Vive les particularismes
Dans les campagnes tout un tas de gars et de filles s’activent pour s’y maintenir. Gagner de l’argent certes mais la valeur n’est pas primordiale, ils préfèrent relever des défis, fiers de produire de bonnes et belles choses. Au cours de nos formations pour une CCI de Charente Maritime nous rencontrons des producteurs qui nous questionnent sur leur activité, reconnaissons leur détermination et leur courage : 3 portraits à suivre.

Agneaux de l’estuaire
La raison du plus fort est souvent la meilleure
L’une connaît toutes ses brebis qu’elle dit « papouiller » régulièrement, elle aimerait bien commercialiser un peu plus cher les agneaux qu’elle élève. Seule pour tout faire c’est compliqué, la clientèle est là, ses 100 agneaux annuels trouvent leurs clients. Afin de parvenir à l’équilibre en se distribuant un peu plus, il lui faut augmenter sa marge avec des plus petits conditionnements (vendre au détail) avec une recherche de nouveaux canaux de distribution. Les bases sont posées, il suffit de penser différemment et d’un peu de temps.

Bonne étiquette
Quête d’immortalité
Un autre verrait bien le retour en grâce de son vin charentais. « On part de loin » comme il dit, rien n’est impossible, toutefois les investissements doivent être mesurés, nous sommes en Charente ! S’amuser un peu, quand la vie le permet, sans hésiter mais il y a des limites. Le vin n’est pas mauvais, loin de là, mais l’appellation fait fuir l’amateur d’étiquettes. Quant au prix, il n’ouvre pas de perspectives de marges monstrueuses, l’espoir est là. Les producteurs du sud de la France parviennent bien à vendre leur rosé au prix du champagne.
Nouveau nom, un solide lifting des packs avec une mise en scène, la caution d’un grand maître de chai, engageront la diffusion sur de nouveaux canaux avec des marges plus conséquentes pour tous.

Soleil vert
L’avenir de la planète
Un troisième élève des poissons d’ornement et produit de la spiruline. L’algue aux bienfaits incontestés, aliment pour les populations souffrant de malnutrition et complément alimentaire en occident. La Chine produit 3000t/an exportant à tout va, la France en consomme 400t/an et en produit 40, là où notre producteur génère à lui seul près de 5% d’un marché très atomisé. Depuis son économie mono produit, il souhaite opérer une diversification de son offre liée à la commercialisation de la spiruline (près 40% via son site web), optimiser son réseau de distribution et revoir ses outils de vente. Les poissons, activité principale il y a dix ans est devenue très secondaire, elle reste un plaisir.

On n’a fait ça, et puis ça…
Notre client Bourguignon « Le domaine de la Poulette » poursuit, pour une part de sa production, une commercialisation de ses grands crus via essentiellement des mailings papier, tout en progressant avec sa boutique en ligne http://www.poulette.fr . Les résultats sont toujours là.

Un viticulteur producteur de pineau et distillateur de cognac nous consulte pour l’aider à mettre en place sa stratégie de vente directe (boutiques, foires et domaine) de ses produits. De l’étude des packagings, aux outils de vente papier et dématérialisés.


Remarquable, à deux cents kilomètres du périphérique
Entre le nord et l’est, il n’y a pas grand’chose me direz-vous, en tout pas assez flatteur pour le balancer à ses collègues au retour d’un long weekend.
Entre ceux qui s’envoient les capitales d’Europe, les autres qui se flattent de leur case de famille à Deauv, à Bleau ou chez les Basques, rivalité difficile. Face à l’opulence affichée gardez-vous l’inattendu, l’atypique culturel, pas peu fiers nous avons bravé les stéréotypes.


   
Cité de caractère

Guise, sa motte féodale et surtout le Familistère, folie socialiste de la fin du XIXe qui perdura jusqu’en 1968. Aujourd’hui vaste musée des utopies sociales avec une exposition exhaustive des poêles à bois et à charbon, normal nous sommes chez Godin (maison mère) ! A visiter les bâtiments d’habitation, les structures sociales et surtout le superbe jardin sauvage de 10ha par un beau matin froid d’automne, prévoir une journée pour l’ensemble. Le patelin, berceau des fameux ducs, est dominé par une vaste forteresse ruinée en 1918.

       
Moriarmé comme disait Julien
A Monthermé la Semois se jette dans la Meuse, il suffit de remonter la petite rivière jusqu’à Bouillon (de la où « Il* » partit vers l’Orient en 1096), vous réviserez votre avis sur les Ardennes, surtout belges à cet endroit (de toute façon vous n’aviez pas d’avis…). Les lacets tracent des îles aux collines couvertes de forêts. Rimbaud n’a pas pu ne pas y passer, sinon qu’en aurait-il été de son inspiration, les champs de betteraves qui encerclaient sa ferme ne lui auraient donné que le goût de fuir, pour ne plus jamais revenir. Gracq l’attentif, analyse et décortique l’humeur des hauts plateaux forestiers, assez sombres. Le jeune Arthur a dû marcher au bord de sa Semois sans mémoire, sautillante sur les galets brillants de schiste. Enfin, Dhôtel de la plaine d’Attigny présenta la contrée comme « Le pays où l’on arrive jamais ». A vous de voir.
*Godefroid, premier gouverneur franc de Jerusalem

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire